Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

En cette période anxiogène peuplée d’incertitudes, où la crise sanitaire bouche l’horizon, voilà un livre roboratif et tonique. Il ore une vision optimiste sur l’avenir du syndicalisme si ce dernier cède à l’obligation de changer. Auteurs de nombreux ouvrages sur les relations sociales, Michèle Millot et Jean-Pol Roulleau, consultants et formateurs, formulent au début de leur essai, un constat incontestable : du fait des transformations du travail et du salariat, Renouveau du syndicalisme : dés et perspectives, « le choc est rude pour le syndicalisme, sa base traditionnelle se restreint, le prol du travailleur se transforme, l’individualisme l’emporte sur le collectif, les nouveaux salariés l’ignorent. De là à conclure qu’il est condamné à se réinventer ou à mourir, il n’y a qu’un pas. Pourtant si le monde change, la raison d’être du syndicalisme demeure ». Compte tenu de l’indiérence des nouvelles générations à son endroit, Michèle Millot et Jean-Pol Roulleau jugent que « pour assurer son avenir, le syndicalisme a pourtant un besoin vital d’une relève. Les valeurs qui motivent les jeunes seraient-elles antinomiques à celles qui habitent le syndicalisme ? Pour devenir attractif, le syndicalisme doit changer son image, ses structures et son langage ».

 

Renouveau du syndicalisme : défis et perspectives de Michèle Millot et Jean-Pol Roulleau, Le Passeur, 318 pages, 21,50 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article