Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Alors que de plus en plus de femmes intègrent les différents secteurs du salariat au XXIème siècle, la langue française semble comporter une lacune au vu du faible nombre de noms de métier féminins. Auteur ou autrice ? Docteur ou doctoresse ? Après de longs mois de réflexion, l’Académie française a donné, ce jeudi 28 février 2019, son feu vert à la féminisation des noms de métiers.

C'est l'ultime épisode de la relation compliquée entre la langue, l'usage et l'autorité...

Une revendication nouvelle ?

Dans son rapport, l’Académie affirme qu’il n’existe « aucun obstacle de principe » à la féminisation des noms de métiers et de professions. C’est une petite révolution lorsqu’on se rappelle qu’elle s’était insurgée dans les années 90 contre les emplois des termes « la ministre » ou bien « la députée ».

Frédéric Vitoux, membre de l’Académie française et président de la Commission d’enrichissement de la langue française explique qu’ « il n’y a pas d’opposition dogmatique mais des problèmes pratiques. »

En effet, comment féminiser le métier de celle qui pratique la médecine ? Rajouter un « e » à la fin du nom masculin risquerait de confondre l’exerçante et la discipline. Le médecin ne peut donc pas devenir la médecine. Faut-il dire « la médecin » ou encore « la femme médecin » ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :