Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

À l’origine, un poème, un poème écrit par une jeune Afro-Américaine, Amanda Gorman, à la demande de Joe Biden, pour le jour de son investiture. Un poème patriotique, whitmanien, avec citations de la Bible, accents de gospel et de slam, et appels aux bons sentiments, comme le genre l’exige. Ce poème-là, du jour au lendemain, est devenu célèbre et va donc être traduit dans toutes les langues du monde. The Hill We Climb[« la colline que nous gravissons »], Aux Pays-Bas, un éditeur, Meulenho, a obtenu les droits et a coné la tâche de traduire à Marieke Lucas Rijneveld, une des voix les plus brillantes de la nouvelle génération. Rien que de banal et tout suivait son cours lorsqu’une journaliste noire, Janice Deul, alors même que la traduction n’avait pas vu le jour, a écrit un article pour protester contre ce choix, selon elle, au point de provoquer chez de nombreuses personnes au motif que la traductrice n’était pas noire. poursuivait-elle, « incompréhensible », « douleur, frustration, colère et déception » « Avant d’étudier à Harvard, Amanda Gorman a été élevée par une mère célibataire, elle a eu des problèmes d’élocution qui ont fait croire à un retard mental. Son travail et sa vie sont forcément marqués par son expérience et son identité de femme noire. Dès lors, n’est-ce pas pour le moins une occasion manquée que de coner ce travail à Marieke Lucas Rijneveld ? » Le premier point est donc là : étant blanche, Marieke Rijneveld ne peut pas traduire une Noire. A lire la journaliste néerlandaise, il est clair qu’il lui aurait suffi d’être noire pour être à même de saisir le drame de la lle de mère célibataire et des problèmes d’élocution. Une traductrice blanche, lle de mère célibataire et ayant eu des problèmes d’élocution dans son enfance n’aurait aucune chance de traduire ce poème car tout se localise dans une identité à jamais immuable et découlant de la couleur de la peau.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article