Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

C’est lorsqu’ils se font politiques et s’arrogent une compétence universelle – sur la vérité, la morale et le droit – que les monothéismes se vouent à l’exercice de la violence. Par Pierre-Henri Ortiz 🔸

Sur tous les continents, les trois dernières décennies ont vu revenir avec une ampleur inattendue les violences meurtrières commises au nom de la religion. L’intensité du djihad islamique, qui offre désormais un spectacle quotidien sur les terres musulmanes elles-mêmes, n’a pas manqué d’évoquer la « guerre sainte » menée au nom du christianisme, d’abord en raison de la rhétorique de la « croisade » parfois employée pour promouvoir la contre-offensive venue d’Etats de tradition chrétienne. Plus simplement et plus souvent, le passé éclairant le présent pour préparer l’avenir, faire retour sur la religion radicale de l’Europe elle-même semble constituer la meilleure manière de penser la crise actuelle, sans la reléguer dans l’altérité des spécificités culturelles de l’Islam.

Le monothéisme et le langage de la violence

Jan Assmann

2018

Bayard

300 pages

21€50

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article