Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Cette semaine, la lauréate du prix Goncourt des lycéens 2020 raconte au « Monde » comment la découverte de la lecture a déterminé son existence. Propos recueillis par Annick Cojean 🔸

Elle avait déjà créé la surprise en se hissant parmi les quatre nalistes du prix Goncourt 2020. Elle a de nouveau déjoué les pronostics en remportant le Goncourt des lycéens pour son dernier roman, (Emmanuelle Collas, 2020). A 46 ans, l’écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a fait de la littérature une arme de libération et entend porter la voix des femmes du Sahel. Ses brisent les tabous sur les mariages précoces qui coupent les ailes des petites lles et les enferment dans un état de soumission. Les Impatientes Impatientes Je ne serais pas arrivée là si… Si je n’avais pas ouvert mon premier livre. Il a provoqué en moi une telle déagration que j’en perçois encore les conséquences quelque quarante ans plus tard. J’avais 7 ans, 8 ans peut-être. J’habitais Maroua, une petite ville du nord du Cameroun dénuée de livres et de bibliothèques. Il existait bien sûr quelques ouvrages scolaires, que peu de parents d’élèves avaient, d’ailleurs, les moyens d’acheter. Mais de vrais livres, je veux dire des livres pour rêver, pour penser, pour apprendre la vie, la terre, l’amour, la lutte, les autres, il n’y en avait point. On n’y pensait même pas. Et puis voilà qu’un jour, jouant avec d’autres enfants chez des amies de ma mère, j’ai découvert un livre. Et la lecture est devenue la clé de mon existence.

 

Les Impatientes Djaïli Amadou Amal (prix Goncourt des lycéens 2020), éd. Emmanuelle Collas.  17,00 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article