Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le 19 août 1991, à Crown Heights (Brooklyn), un enfant joue avec sa cousine devant le 1677 President Street lorsqu’il est fauché par une voiture. La scène terrible ouvre Nuits d’été à Brooklyn de Colombe Schneck, ample mise en perspective romanesque des tensions raciales aux États-Unis, à travers les émeutes qui vont opposer communauté noire et communauté juive après la mort de Gavin Gato, cet enfant noir écrasé par le conducteur de l’escorte d’un rabbin, comme à travers l’histoire d’amour d’un professeur de NYU et d’une jeune journaliste française qui vient d’arriver à New York. Dans un grand entretien mené lors de la sortie du livre en grand format, Colombe Schneck revenait pour Diacritik sur la manière dont son récit articule fait et fiction comme sur sa pratique singulière, le temps du premier confinement de mars 2020, d’une « fabrique » de son roman sur Instagram. Nous le republions alors que son roman paraît au Livre de poche.

Colombe Schneck, Nuits d’été à Brooklyn, Le Livre de Poche, mars 2021, 240 p., 7 € 40 — Lire un extrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article