Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par François Forestier 🔸 

Les balles sifflent. Luca, 8 ans, est dans la salle de bains. Avec sa mère, il se terre dans la douche. Dehors, toute sa famille - seize personnes, femmes, enfants, grands-parents et papa - est massacrée. Les sicarios du cartel d’Acapulco font le ménage. L’un d’entre eux mange un pilon de poulet resté sur le barbecue. Un autre vient pisser dans la salle de bains, mais ne voit pas Luca et Lydia. Ces deux-là, il ne leur reste plus qu’à disparaître, vite. La police est gangrenée, les routes sont surveillées, les gares et les aéroports aussi, les hôtels truffés d’informateurs. Lydia et Luca deviennent des ombres, et fuient vers El Norte, vers les USA.

« American Dirt », de Jeanine Cummins, est un polar d’enfer, un road trip dantesque, une cavalcade désespérée avec les réfugiés honduriens, les passeurs mexicains, les enfants paumés sur la route, les hébergeurs chrétiens, les truands tatoués. Les filles sont violées, les immigrants dépouillés, les faibles abandonnés, les fortes têtes flinguées. Et la politique de Trump, c’est le Mur et les barbelés. Passage interdit.

Des librairies ont refusé de recevoir Jeanine Cummins

Sorti en janvier 2020 aux États-Unis (et en juillet en France), soutenu par Don Winslow et John Grisham, élu meilleur livre par Oprah elle-même, « American Dirt » est d’un seul coup bastonné à mort. Les auteurs dits « latinx » (en bon français : latinos) Myriam Gurba (« Mean »), Roberto Lovato (« Unforgetting »), Daniel Olivas (« River’s Edge »), Valeria Luiselli (« L’Histoire de mes dents ») ont lancé une pétition #DignidadLiteraria pour dénoncer la terrible faute, le péché, la trahison de Jeanine Cummins : l’appropriation culturelle. Cummins est d’origine irlandaise, elle n’a pas à écrire sur les Mexicains, voilà. En plus, comme sur la couverture de son livre, elle reproduit les barbelés de la frontera sur ses ongles ! Ah, la dégoûtante ! Eva Longoria, l’actrice, qui, dans un premier temps a aimé le livre, a changé d’avis. Des librairies ont refusé de recevoir Jeanine Cummins. Des menaces ont été proférées dans cinq Etats. Quatre-vingt-deux écrivains (au début. La liste s’est allongée) ont exigé d’Oprah le retrait de sa liste de recommandations. L’éditeur, pris dans le maelstrom, a reconnu que « l’industrie littéraire est trop blanche ».

 

American dirty

Jeanine Cummins

Editeur : Philippe Rey

Date de parution : 27/08/2020

Langue d'origine : Anglais (Etats-Unis)

14,99 €

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article