Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Si « Happycratie » dénonce à raison l’opportunité économique et le danger politique de la marchandisation du bonheur, le bien-être mérite d’être pris au sérieux.

Depuis quelques décennies, le bonheur a fait l’objet d’une attention politique et médiatique croissante, s’attirant chemin faisant un certain nombre de détracteurs. Edgar Cabanas et Eva Illouz, avec leur livre Happycratie publié en 2018, se situent sans conteste au premier rang de ces voix critiques. Bénéficiant d'une réception très favorable à sa parution, comme l’illustrent les articles élogieux du Monde, du Figaro, de Libération ou de La Croix à son sujet, l’ouvrage dénonce le développement d’une nouvelle « industrie du bonheur » au service du capitalisme néolibéral. Ses cinq chapitres abordent différentes facettes de cette industrie du bonheur, allant du développement de recherches scientifiques sur le bonheur aux « marchandises émotionnelles », ces biens et services qui agissent sur les émotions du consommateur, en passant par ses conséquences sur les nouvelles pratiques de management.

Happycratie. Comment l'industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies

Eva Illouz , Edgar Cabanas

2018

Premier Parallèle

300 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article