Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Cher Monsieur Flaubert,

1986 : c’est l’année où j’ai emménagé au 30 rue Lecat à Rouen, en face de votre maison d’enfance, le 51. J’avais 18 ans. Jamais je ne suis allée vous visiter car l’appel de ma jeunesse m’interdisait d’y entrer. D’ailleurs, cet endroit me semblait sombre de ma fenêtre ; jamais je n’aurais imaginé que je vous rejoindrais beaucoup plus tard.

2014 : Une vie de Maupassant. Ce livre m’a beaucoup plu. Je me suis donc intéressée à cet écrivain, à sa biographie par Frédéric Martinez, j’ai lu beaucoup de ses livres ; il me plaisait cet homme. On y écrivait que vous aviez été son Maître. Et c’est à ce moment que tout a commencé.

Une émission à la télévision « La grande Librairie ». Quel livre a changé votre vie ? Madame Bovary !!! a lancé une invitée. Eh bien, moi aussi, ce livre a changé la mienne.

Je m’appelle Annie, je suis rouennaise et je suis née à l’Hôtel-Dieu. J’ai lu votre œuvre et je ne vous ai plus quitté, car vous m’avez captivée, intriguée, mon Cher.

2015 : tout s’est enchaîné. J’ai d’abord visité votre demeure au 51 rue de Lecat, à Rouen. Visionné le film de Claude Chabrol, lu L’Éducation sentimentale, Trois contes, Les Mémoires d’un fou, Novembre, contemplé votre bibliothèque lors d’une visite à la Mairie de Canteleu, revisité le Musée de la Médecine, vu une pièce de théâtre à Darnétal : « Accusé Flaubert, levez-vous ! », le sujet était le procès de votre livre. Tous vos amis étaient là : Du Camp, Bouilhet, Louise et Maître Senard pour vous défendre.

Plus tard, j’ai également vu un film de Sophie Barthes à l’Omnia, Madame Bovary. J’ai aussi survolé Bouvard et Pécuchet, ils m’amusent ces personnages, j’y retournerai, j’ai le temps...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article