Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Ernest London Le bibliothécaire-armurier🔸Fort d’un parcours atypique, Olivier Villepreux interroge la notion de journalisme, alors que les principaux médias appartiennent à des groupes financiers ou industriels, que l’information défile en continu sur nos écrans et que le « droit d’informer » s'est élargi aux non-professionnels, lesquels s'imposent pas nécessairement de respecter certain nombre de préalables éthiques avant de livrer une nouvelle.
La dernière élection présidentielle aux États-Unis a permis de mettre en valeur la presse « légitime », celle qui, déployant son savoir-faire, sapait la propagande de Donald Trump en établissant des vérités. Pourtant le travail journalistique, de vérification de l’information et de contre-expertise, coûte cher alors qu’une large partie de la population est plus sensible à des informations moins nuancées, plus courtes, plus immédiates. Seul le droit général et la jurisprudence restreignent le droit d'informer un large public. La Cour européenne peut examiner en dernier recours la légitimité de la diffusion d'une information, notamment dans un intérêt supérieur aux éventuelles contraventions au droit national qui ont permis son obtention.

JOURNALISME
Olivier Villepreux
117 pages – 9 euros
Éditions Anamosa – Collection « Le mot est faible » – Paris – Mars 2021

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article