Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Benoît Hopquin. Il est des mensonges qui, comme le césium ou le plutonium, ont des durées de vie très longues. Ainsi des eets des essais nucléaires français dans le Pacique. Pendant trente ans, de 1966 à 1996, l’armée et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont testé la bombe en Polynésie, après avoir commencé leurs recherches dans le Sahara algérien. Les scientiques ont procédé à 193 expériences sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, atmosphériques jusqu’en 1974, souterraines ensuite. Des décennies plus tard, la ction de l’innocuité des essais n’est plus guère entretenue que par quelques dévots de l’atome. Le président François Hollande a admis en 2016 un sur l’environnement et la santé. Mais les autorités continuent d’en minimiser les conséquences, noyant dans un océan de résultats tronqués, de prélèvements parcellaires, de chires abscons, une vérité trop crue : les essais ont tué, à petit feu certes, mais ils ont tué. Et les jolis noms d’étoile dont les militaires aublaient leurs essais n’étaient qu’une mystication de plus.

Toxique. Enquête sur les essais nucléaires français en Polynésie de Sébastien Philippe et Tomas Statius PUF, 192 pages, 15 euros, à paraître le 10 mars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article