Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Annabelle Hautecontre  La fin du XIXe siècle fut houleuse. Les Gilets Jaunes de l’époque se nommait les Communards. Et tous les coups étaient permis. Des deux côtés, si bien que l’on comptait les morts par dizaines, centaines, selon les soulèvements. Après les premiers revers de 1848, mars 1871 (découlant du siège de Paris par les Prussiens en 1870) fut l’apothéose.
Qui se solda par la semaine sanglante en mai.

Michèle Audin, Josée Meunier 19, rue des Juifs, coll. L’arbalète, Gallimard, mars 2021, 195 p.-, 17 €
Lire les premières pages...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article