Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Jean-Paul Gavard-Perret 🔸 Pierre  Bergounioux reste un rhétoricien à sa façon. S'il se met en scène à l'épreuve du temps ce n'est jamais en un exercice égotique. Il s'agit de définir le mécanisme humain qui reste tout sauf inerte dans le temps :  Je sais exactement à quelle figure de la procession qui s’allonge chaque jour derrière nous, à quel être passé de nous-même, imputer chaque soin de la vie présente, ses inclinations, ses hantises, ses travaux et ses fins.

Dans ce but, il ne faut pas perde le mouvement et la musique de la vie et ne pas empâter l'esprit dans une idéologie gourmée de l’Écriture avec un E majuscule. La langue nous touche ici parce qu'elle émeut en forçant un sens platement linéaire tout en produisant un style qui lutte contre l'oubli à la manière de Faulkner lorsqu'il affirmait : Il y a des choses qu’il faut écrire très vite, comme on monte une bicyclette sur une corde raide.


Pierre Bergounioux, Métamorphoses, illustrations de Philippe Comar, mars 2021, 40 p.-, 11 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article