Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Pierre Parlant et Jean-Philippe Cazier ont suivi les parutions des trois volumes de La Divine Comédie de Dante traduits par Danièle Robert pour les éditions Actes Sud. Les voici réunis en un volume chez Babel.

« Mandelstam considérait qu’il est « impensable de lire les « Chants de Dante » sans les attirer vers l’époque contemporaine. C’est dans cette intention qu’ils ont été écrits. Ils sont des appareils à capter l’avenir. Ils appellent un commentaire au futur » (Entretien sur Dante, V, in Œuvres en prose, Ed. La Dogana-Le Bruit du temps, 2018). En ce temps où l’idée même d’avenir est obscurcie pour toutes les raisons qu’on sait, où l’humanité est sommée, sous peine de s’anéantir, de se reconquérir en se dépassant elle-même — dans le premier chant du Paradis, Dante forgera un néologisme lumineux sous l’aspect du verbe Trasumanar pour évoquer l’hypothèse nécessaire d’un tel dépassement —, la lecture des « Chants de Dante » (…) si proches de ce que nous vivons, relève plus que jamais d’une urgence salutaire » (Pierre Parlant).

 Enfer : « Traduire Dante« , entretien de Danièle Robert avec Jean-Philippe Cazier & article de Pierre Parlant, consacré à L’Enfer.

 Purgatoire : Article de Pierre Parlant.

 Paradis : « Le mouvement de traduire », entretien de Pierre Parlant avec Danièle Robert.

Dante, La Divine Comédie, traduit de l’italien, préfacé et annoté par Danièle Robert, Actes Sud, Babel n° 1734, mars 2021, 928 p., 13 € 50

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article