Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Coup de tonnerre. Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, ce lundi 1er mars, après que le tribunal correctionnel a jugé l’ancien président de la République coupable de corruption et trafic d’influence.

« L’affaire des écoutes » se déroule en 2014. Alors mis en cause dans l’affaire Woerth-BettencourtNicolas Sarkozy aurait tenté de faire usage de son influence auprès de Gilbert Azibert, haut magistrat, pour obtenir des informations confidentielles le concernant et enrayer la bonne marche de la procédure. En échange, et c’est pourquoi le tribunal a retenu l’accusation de trafic d’influence, Nicolas Sarkozy aurait promis à Gilbert Azibert son appui pour un prestigieux poste à Monaco. Manque de chance pour l’ancien président : des conversations entre lui, son avocat et Gilbert Azibert ont été obtenues par la justice en remontant une ligne téléphonique officieuse, ouverte par Nicolas Sarkozy sous le pseudonyme de Paul Bismuth.

Ces échanges occultes, ce « pacte de corruption » ainsi que l’a nommé le tribunal, aurait sans doute inquiété le philosophe Charles de Montesquieu. Il avertissait dans De l’esprit des lois (1748) que la corruption, comprise comme la préférence de l’intérêt privé sur l’intérêt public, est le mal qui, quand il se répand d’un individu vers un groupe d’intérêt, « prépare la chute d’un empire, et en annonce la ruine ». Un grand texte à relire pour ne pas oublier nos principes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article