Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

En février 2021, Johan Faerber s’entretenait avec Yamina Benahmed Daho, à propos de son roman récent, A la machine et de ce qui avait guidé l’écrivaine dans l’élaboration de sa fiction, à mi-chemin de l’enquête historique et du souvenir autobiographique. Dans ce « livre social et politique », on plonge dans l’injustice du conflit entre intelligence inventive d’un ouvrier et moyens financiers du capitalisme qui permettent de priver un inventeur des fruits de son invention. Car Barthélémy Thimonnier a inventé la machine à coudre et il est pourtant mort dans la misère. Aux États-Unis, I.-M. Singer, lui, saura faire fortune avec sa machine et faire de « la » singer l’équivalent du substantif « machine à coudre » : « Pourquoi, alors qu’ils inventent la même machine, Thimonnier meurt-il dans une absolue pauvreté et Singer meurt-il multimillionnaire ? », s’interroge la romancière.

Elle évoque, dans ce même entretien tout le travail de documentation et de terrain mené en amont de son roman : « Ces documents rares et le peu d’éléments entourant la vie de Thimonnier m’ont convaincue d’écrire sur cet inventeur. Je voulais comprendre le siècle industriel, comprendre pourquoi on pouvait crever de faim en étant l’inventeur d’une machine aussi révolutionnaire que le métier à coudre ». Elle a visité le musée Barthélémy Thimonnier de la machine à coudre et du cycle, en 2017, « passer devant la maison de Thimonnier, c’était quelque chose de particulièrement stimulant pour l’esprit. J’ai commencé à écrire à la fin de la résidence, c’est-à-dire à partir du printemps 2019 ». Elle plonge littéralement dans la misère de cette famille et dans l’injustice de son sort. Les vies d’inventeurs ne sont pas toujours des success stories, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire le plus souvent. 

Yamina Benahmed Daho, A la machine, L’Arbalète-Gallimard, février 2021, 176 p., 18 € — Lire un extrait
Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, 1939, Présence africaine poche, 2000, 92 p., 5 €
René Depestre, Popa Singer, Zulma, 2016, 144 p., 16 € 50
Aoua Keita, Femme d’Afrique. La vie d’Aoua Keita racontée par elle-même, Présence Africaine, 2014, 397 p., 11 €
Chérifa Yamini, Les secrets de la Mayda, YC éditeur, 2006, 239 p., 15 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article