Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Tour à tour soldat, homme de spectacle, acteur, communard, bagnard, journaliste politique et directeur de cabarets révolutionnaires, Maxime Lisbonne (1839-1905) fut dans les années 1880 et 1890 une figure des nuits parisiennes.

En remontant la rue de Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris, on peut aujourd’hui découvrir un panneau situé au 12 de la rue, indiquant l’ex-emplacement de la « Taverne du bagne et des Ratapoils ».

Ouvert en 1886, ce débit de boissons portait deux canons sur la toiture et était aménagé comme une prison de Nouvelle-Calédonie. Les serveurs étaient habillés en forçats et traînaient tous un boulet au bout d’une chaîne. On ne pouvait en sortir qu’en présentant un carton où était écrit :

« CERTIFICAT DE LIBERATION.

Le condamné a consommé et s’est bien conduit.

Le directeur M. LISBONNE »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article