Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans son ouvrage, Superyachts. Luxe, calme et écocide, le sociologue Grégory Salle dépasse la fascination ou la répulsion pour la plaisance de luxe et analyse comment ces navires de plus en plus longs reflètent le capitalisme contemporain. Par Joseph Confavreux 🔸

«L’intérieur du Solandge plairait à Toutânkhamon, Catherine II, Liberace et Tony Soprano réunis, plaisante un journaliste du Daily Telegraph. Désopilant. J’adore quand les plumitifs font de l’humour. Bon, c’est vrai que, côté déco, on a déjà fait plus sobre. On ne s’en rend pas forcément compte vu que ma carlingue, profilée par un designer norvégien, s’est vu décerner en 2014 le prix du plus bel extérieur lors du Yacht Show de Monaco – la référence. En revanche, à l’intérieur, c’est assez chargé, il faut l’admettre. »

Grégory Salle, chargé de recherche au CNRS, n’hésite pas à recourir à la prosopopée, cette figure de style qui consiste à faire parler une personne absente ou un objet inanimé, pour nous faire pénétrer dans l’univers des superyachts. En l’occurrence l’intérieur aussi kitsch que cher du Solandge, battant pavillon maltais, construit en 2013, long de 85 mètres, pouvant accueillir 16 passagers et qui se loue pour la modique somme d’un million d’euros la semaine…

Superyachts : luxe, calme et écocide

Grégory Salle

Editeur : Amsterdam

Collection : L'ordinaire Du Capital

Date de parution : 09/04/2021

EAN : 9782354802233

Nombre de pages : 176

13,00 €

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article