Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Avant de pouvoir concrétiser son projet de fouilles à Wounded Knee, l’archéologue et historien Laurent Olivier a entrepris une exploration exhaustive des archives du massacre de 1890. Par Marie-Hélène Fraïssé 🔸

Aux confins du Nebraska et du Dakota du Sud, un vent perpétuel courbe l’herbe rase et balaie les tombes de Wounded Knee, comme si quelque chose qui résiste obstinément devait être effacé. Le massacre qui se déroula en ces lieux hante depuis cent trente ans la mémoire américaine, inscrivant Wounded Knee sur la liste mondiale des sites tragiques dont on se demande s’il faut en faire des emblèmes ou au contraire s’en détourner, pour ne pas rouvrir les gouffres. Un projet de parc national plein de bons sentiments et de mécènes potentiels y a été ébauché. Sans suite. Pas commode de s’emparer du symbole de Wounded Knee.

Meurtres de femmes et d’enfants

Au centre d’un rectangle de pelouse grillagé, sous lequel gisent 43 dépouilles, est érigé un modeste monument de pierre. Les noms gravés semblent sortis d’un scénario hollywoodien : Red Eagle, Swift Bird, Ghost Horse… Liste non exhaustive, car ce sont plus de 300 Amérindiens du groupe dit « Sioux des Plaines » (Lakota, Oglala, Hunkpapa, Minneconjou…), pour moitié des femmes et des enfants, qui sont tombés sous les balles ou ont été déchiquetés par les canons du 7e régiment de cavalerie, le 29 décembre 1890.

Laurent Olivier, qui publie Ce qui est arrivé à Wounded Knee, a été bouleversé lors de sa première visite des lieux. Explorateur des « dessous » de l’histoire par inclination personnelle autant que par métier – il est archéologue –, il mène depuis longtemps des recherches sur les Gaulois, qui ont ceci de commun avec les Indiens qu’ils sont rarement considérés comme un sujet « sérieux ». On tend à caricaturer les vaincus. L’ex-président Trump ricanait régulièrement face aux revendications amérindiennes.

« Ce qui est arrivé à Wounded Knee. L’enquête inédite sur le dernier massacre des Indiens (29 décembre 1890) », de Laurent Olivier, Flammarion, 520 p., 23,90 €, numérique 16 €.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article