Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Ceux qui l’aimaient disaient Nénette.

*

Qu’est-ce que tu fous là tout seul au fond du bar ?
Tu te caches derrière ta bière ?
Elle me fixe de ses prunelles bleu acier puis fonce
vers moi, s’assied à ma table et me souris sans me
lâcher du regard.
Interloqué, je la regarde, puis je ris : la meilleure
défense que je connaisse.

*

C’est instantané, dans l’indicible, une complicité
sans âges se manifeste.
Je viens de rencontrer Nathalie.
Elle a le visage maquillé à la poudre de riz, porte
une perruque auburn coupés au carré, son corps
est fin et fragile mais c’est une guerrière
indestructible dans son perfecto de cuir noir
qu’elle porte comme une armure.

On parle de tout et de rien, on boit des Chimay
blondes, il est tard, le bar ferme, on enchaine à
L’Xtreme le club gay un peu glauque de l’époque
à Charleville-Mézières.
Quand la boite ferme, elle me dit, j’ai trop bu
pour reprendre la voiture, je n’habite pas en ville, je
peux dormir chez toi ?

Nathalie par Fabien Sauneron

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article