Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

 La journaliste du Canard Enchaîné nommée contrôleur général des lieux de privation de liberté en 2020 vient de donner l’alerte sur l’ignoble quartier de détention des handicapés du centre de Bédenac. Par Les Influences 🔸

C'est le genre de littérature assez inhabituelle que l’on découvre dans l’édition du Journal Officiel en date du 16 mai 2021. Intitulé « Recommandations en urgence du 16 avril 2021 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatives au centre de détention de Bédenac (Charente-Maritime) »,  le texte expose dans toute sa crudité la situation lamentable de détenus handicapés. La visite du centre de détention réalisée par six contrôleurs entre le 29 mars et le 2 avril 2021 n’a rien eu d’une promenade de santé. Ils ont pu constater des  «  dysfonctionnements dans la prise en charge des personnes détenues constituant un traitement inhumain ou dégradant au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme ». Le centre de détention de Bédenac dispose de 194 places, et notamment d’une « unité de soutien et d’autonomie ». Le bâtiment G est une construction neuve qui « a été initialement conçue pour accueillir des personnes détenues vieillissantes nécessitant d’être hébergées en cellule pour personnes à mobilité réduite (PMR) » précise l’enquête. Or c’est le bâtiment des horreurs, déjà repéré par le CGLPL en 2011 et 2018. Sans que rien ne bouge pour la prise en charge effective « d’un public dépendant et âgé, au regard notamment du sens de la peine prononcée ». En 2021, la situation s’est aggravée car  « en raison du transfert de détenus en perte d’autonomie depuis toute la France au cours des deux dernières années, les prises en charge, pénitentiaire et sanitaire, ne sont adaptées ni aux besoins concrets des personnes détenues, ni à l’évolution de leur état de santé.»

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article