Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

À tous ceux et toutes celles qui sont prêts à descendre de leur Aventin pour plonger dans le féminisme actuel le plus inventif et le plus insolent, nous conseillons la lecture de Fémini-Spunk, un manifeste centré autour du personnage de Fifi Brindacier. Christine Aventin, son auteure, est belge, ce n’est pas un hasard. On la dirait débarquée d’un carnaval wallon avec une bombe en plastique dans une main et un bagage de savoir dans l’autre. S’appuyant sur le texte original des aventures de Fifi Brindacier, elle livre un vibrionnant pamphlet fémini-spunk. Par Cécile Dutheil de la Rochère 🔸

Fémini-quoi ? Spunk, vous avez bien entendu. Le mot a été inventé par Pippi Långstrump qui l’a jeté à la face de ses deux meilleurs amis du haut de ses neuf ans, fière comme Artaban. C’était en 1945, en Suède, sous la plume de la grande romancière Astrid Lindgren qui a imaginé un des plus merveilleux personnages de fille du XXe siècle. Pippi–Fifi, la gamine aux couettes rousses, qui vit dans un monde sans adultes, sans école, qui marche à reculons dans des souliers longs comme des bateaux et se vante d’être assez forte pour soulever un cheval. Ça ne vous rappelle rien ?

Christine Aventin, Fémini-Spunk. Le monde est notre terrain de jeu. Zones, 130 p., 15 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article