Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Quatrième livre de ce passionné de géopolitique, « Le Testament d’Alexandrie » raconte l’histoire d’amour entre un juif et une musulmane sur fond de conflit israélo-arabe. Par Philippe Mirkovic 🔸

« C’était à Tel-Aviv, en 1984. » Ce jour-là, Frédéric Lauze discute à la terrasse d’un café avec le père d’un ami Israélien. L’étudiant, aujourd’hui patron de la police du Val-d’Oise, avait déjà devisé avec « ce francophone d’origine égyptienne ». Il multipliait à cette période les voyages au Proche-Orient. « La confiance s’était installée, se souvient-il. Et en parlant un soir de juifs séfarades partis de pays d’Afrique du Nord pour rejoindre l’État hébreu, cela a fait remonter chez lui une forte émotion. »

L’échange convivial tourne à « la confidence ». L’homme, « fier d’être israélien, avait en même temps une certaine nostalgie de l’Égypte. En particulier d’Alexandrie, ville cosmopolite » que sa famille « avait dû quitter en 1956, parce que n’étant plus en sécurité en pleine crise du canal de Suez. Lui avait 17 ans. »

« Il avait laissé quelque chose là-bas… »

Le Testament d’Alexandrie, Fauves éditions (252 pages), 22 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article