Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le spécialiste de la cosmologie rappelle que la question n’a rien d’évident : l’âge de l’Univers ne se mesure pas et se calcule seulement en fonction de modèles théoriques. La chronique « philosophie » de Roger-Pol Droit 🔸

 

13,7 MILLIARDS D’ANNÉES… OU BIEN RIEN ?

L’univers, dit-on aujourd’hui, est vieux d’environ 13 milliards d’années. Exactement 13,7 milliards, va-t-on ajouter, pour se montrer précis. Or cette précision est illusoire. Pire, ou mieux : la connaissance ainsi affichée a tout d’un trompe-l’œil, ou même d’un piège. Elle porte en effet à croire, fort naïvement, que l’âge du monde possède une signification toute simple. Nous nous imaginons qu’il y eut un point de départ, une émergence, une apparition, puis une succession d’instants, mesurable, uniforme et constante. Bref, « un jour » commença le cosmos et, depuis, le temps a passé… jusqu’à aujourd’hui.

Tout cela est faux. Pas un seul de ces termes ne tient. Parce qu’il n’y eut jamais d’horloge, déclenchée au « temps zéro » et qui serait encore en état de marche. Parce que l’existence même du temps est dépendante de l’observateur et de sa place, comme Einstein et la théorie de la relativité l’ont établi. Parce que cet âge supposé résulte d’une série d’hypothèses, et des calculs qu’elles permettent, mais en aucun cas d’une observation ni d’une certitude quelconques. Voilà ce qu’explique l’astrophysicien Marc Lachièze-Rey dans L’Age de l’Univers. Principal mérite de cet essai : démonter nos mirages candides, les remplacer par des perplexités savantes.

« L’Age de l’Univers », de Marc Lachièze-Rey, humenSciences, « Comment a-t-on su », 264 p., 17 €, numérique 12 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article