Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Les personnes qui mènent des études ou de la recherche en littérature font souvent face à la perplexité de leur entourage : la recherche en littérature – mais pourquoi ? « À quoi ça sert » ? (on connaît ça dans d’autres disciplines aussi). Si elles ajoutent à cette perplexité fréquente une touche d’« études de genre », au nom aussi flou qu’inquiétant étant donné les débats médiatiques du moment, soit elles perdent encore un peu plus l’interlocuteur ou l’interlocutrice (« littérature et genre, mais comment ça ? », « mais enfin la littérature est universelle ! »), soit au contraire elles « rattrapent » la vacuité supposée de leur travail par sa dimension sociale (« au moins, ça n’a pas l’air complètement inutile », « j’en ai entendu parler »).

Il n’est pas toujours si facile en France, en dehors des cursus d’études spécialisés sur le genre (relativement rares), de se représenter ce que littérature et genre ont à faire ensemble – tandis qu’au contraire, au Royaume-Uni ou aux États-Unis, les « feminist literary studies » font partie intégrante du paysage universitaire. Est-ce que ce ne sont pas deux domaines différents ? Est-ce qu’il y a beaucoup de choses à dire ? Est-ce que la critique littéraire et l’enseignement de la littérature deviennent alors une sorte de militantisme, comme on l’entend parfois ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article