Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le feuilleton. Camille Laurens a lu le nouvel essai d’Alexandre Gefen, directeur de recherche au CNRS, qui poursuit son panorama d’un territoire littéraire contemporain en pleine mutation. 🔸

Qu’est-ce que la littérature ? La question est ancienne, Sartre la posait frontalement en 1948, et ce serpent de mer n’a pas fini d’agiter le monde des lettres, ce qu’on peut comprendre : quand on en fait partie, qu’on soit auteur ou lecteur, enseignant ou libraire, il est bon de savoir de quoi on parle. Or, le mot n’a pas un sens univoque partagé par tous, tant s’en faut. Depuis deux siècles, et surtout deux décennies, sa définition a fait couler… beaucoup d’encre. Des essayistes ont maintes fois trompeté sa mort, porté son deuil et orchestré leurs adieux, tandis que d’autres, ou les mêmes, séparaient le bon grain de l’ivraie, prétendant savoir, selon des critères toujours subjectifs et parfois contraires, ce qui « en était » et ce qui « n’en était pas ». 

Le propos d’Alexandre Gefen est tout autre. Dans son nouveau livre, L’Idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, il se veut plus descriptif que prescriptif, quoique parfois discrètement polémique – ainsi, en amorçant sa réflexion par le rappel du prix Nobel de littérature attribué à Bob Dylan en 2016, « psychodrame culturel planétaire », il ne se dispense pas d’une pointe de provocation. Cependant, bien qu’il soit aussi critique littéraire, c’est plutôt le spécialiste des littératures contemporaines, directeur de recherche au CNRS, qui s’exprime ici dans la ligne d’un de ses précédents ouvrages, le très remarqué Réparer le monde (Corti, 2017), consacré à la « littérature du réconfort ». Il poursuit son panorama d’un territoire littéraire contemporain en pleine mutation, qu’il adosse à une généalogie rétrospective, ce qui lui permet de repérer les tournants, voire de mesurer les abîmes.

« L’Idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention », d’Alexandre Gefen, Corti, « Les essais », 400 p., 26 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article