Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le Dictionnaire de la Commune de Bernard Noël, écrit cent ans après l’événement, publié par Fernand Hazan en 1971, puis par Flammarion, ressort aujourd’hui, alors qu’on en a tellement besoin. Chez L’Amourier éditeur, collection Bio. Par Marie Cosnay 🔸

 

J’ai une passion pour les noms propres, ceux qu’on perd, retrouve, les imprononçables, les mutilés. La première entrée du Dictionnaire de la Commune, de Bernard Noël, c’est Aab. J’aime infiniment commencer par le nom de ce briquetier élu capitaine de la garde nationale, condamné par le 3e conseil de guerre, à la déportation le 22 décembre 1871. Il est l’un des 7496 déportés, l’orthographe de son nom le place ici, inconnu et premier. 

Tout de suite après, trouver, à l'Action (quotidien politique), pas tant de l’action que le portrait littéraire de Lissagaray, auteur de L’histoire de la Commune. De Lissagaray j’aime la précision et les envolées lyrique et Bernard Noël fait, parlant de lui, ce que lui fait quand il parle de Malon, de Varlin, de Jourde et de Beslay : un personnage. Lissagaray, d’origine basque, cousin d’un député bonapartiste, qui pense contre sa classe et ses proches, amoureux (éconduit) d’une des filles de Karl Marx, Eleanor, et spécialiste de Musset. Il ne s’agit pas de dire la commune ou la mort, je vaincrai ou mourrai, il s’agit, tellement pragmatique, Lissagaray, et radical (et j’ai souvenir de son amertume : la Commune n’avait pas voulu prendre le contrôle de la banque), il s’agit de dire comment on va faire. Action, finalement. 

Dictionnaire de la Commune

Bernard Noël

Editeur : L'amourier

Date de parution : 29/03/2021

Nombre de pages : 806

33,00 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article