Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le Moyen Âge est une période passionnante, qui mérite d'être découverte à la manière d'un vaste pays lointain. Mais c'est aussi, de notre point de vue moderne, 1000 ans de ténèbres par opposition auxquels nous nous définissons. Mettre en question ce mythe pourrait nous aider à y voir plus clair sur nous-mêmes, quitte à blesser notre narcissisme Par J. Grau 🔸

Avant toute chose, je tiens à préciser que mon propos n'est pas réactionnaire. Il serait stupide de diaboliser la modernité et ridicule d'idéaliser le Moyen Âge. Je veux seulement montrer qu'un certain nombre de pratiques ou de croyances que nous avons tendance à stigmatiser comme « médiévales » sont tout à fait modernes. Inversement, le Moyen Âge n'a pas été seulement une période de violence et d'inculture.

Pour s'en convaincre, on pourra d'abord lire Épicure aux enfers d'Aurélien Robert.

Comment notre monde est-il devenu moderne ?

Cet ouvrage novateur, richement documenté, est intéressant à plus d'un titre. D'abord, même si ce n'est pas le but principal de son auteur, il nous apporte des informations précieuses sur l'épicurisme. La sagesse de cette école, qu'on pourrait croire périmée depuis longtemps, peut être vue comme un antidote aux maux de nos sociétés modernes, dont certains étaient déjà présents il y a 23 siècles : la société de consommation, le culte de la croissance et du travail, la quête effrénée du profit, la peur du regard d'autrui, le stress continuel, le fanatisme religieux, l'ambition politique… Cependant, Aurélien Robert a moins étudié l'épicurisme en lui-même que l'image qu'on s'en est fait depuis l'Antiquité jusqu'à la fin du Moyen Âge.

On pourrait croire que les auteurs de l'Antiquité avaient forcément une bonne connaissance de l'épicurisme, que cette connaissance s'est perdue à l'époque médiévale, et que le travail des humanistes de la Renaissance l'a ressuscitée. Pour nous, les Modernes, ce récit a quelque chose de rassurant, il caresse notre amour-propre dans le sens du poil. Un roman de Stephen Greenblatt, Quattrocentro, a récemment renforcé sa légitimité. Le sous-titre anglais (How the World Became Modern) indique bien le propos de l'auteur : narrer comment la redécouverte d'un des chefs-d'œuvre de l'école épicurienne (le De natura rerum de Lucrèce) a mis fin à la barbarie médiévale et fait entrer l'Europe occidentale dans un monde de lumières – notre merveilleux monde moderne.

Épicure aux enfers ; hérésie, athéisme et hédonisme au Moyen Age

Aurélien Robert

Editeur : Fayard

Date de parution : 24/02/2021

Nombre de pages : 368

24,00 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article