Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le journaliste Adam Weymouth retrace, en canoë, le long périple de ce poisson-phare du fleuve de l’Alaska. A travers la destinée hors norme de l’espèce menacée, c’est un portrait sociologique des habitants de ces vastes étendues que brosse l’auteur. Par Elisabeth Berthou 🔸

Chinook. Royal. Deux mots pour désigner le saumon emblématique de l’Alaska, qui chaque été remonte le Yukon, long de 3 200 kilomètres, pour se reproduire et mourir dans la frayère où il est né. Le journaliste anglais Adam Weymouth, spécialiste des questions environnementales, a pagayé, de la source du fleuve, à 1 200 mètres d’altitude, jusqu’à l’embouchure dans la mer de Béring, afin d’étudier le monde de ces poissons et des humains vivant de leur pêche ou de leur élevage.

Dévalant les rapides à bord de son canoë, campant sur les berges avec la peur constante de croiser un ours, chavirant parfois et grelottant souvent, l’auteur offre le récit captivant d’une expédition de plusieurs mois visant à comprendre l’origine du déclin du saumon. Dès les premières lignes, le style fait penser aux grands écrivains voyageurs. Rappels scientifiques et historiques arrivent fort à propos afin que le lecteur s’imprègne du bush, de la toundra, de l’ambiance des camps de pêche dressés par les descendants de trappeurs russes, d’orpailleurs, ou par les Tlingits, les Yupiks, les Athabascans… Le royal a « depuis des millénaires tissé un lien entre les communautés qui habitent le long du Yukon », précise l’explorateur.

« Les Rois du Yukon », d’Adam Weymouth (Albin Michel, 336 p., 21,90 €)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article