Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Dans un essai stimulant, le philosophe invite à renoncer à voir les animaux comme nos semblables, et à reconnaître les violences auxquels les humains les soumettent, afin de pouvoir les défendre vraiment. Par David Zerbi, philosophe 🔸

Lorsque nous voyons souffrir des animaux, comme dans ces images clandestines tournées dans des abattoirs par des associations de défense de la cause animale, nous sommes étreints par la compassion, et révoltés. Lorsque Bambi, dans le célèbre dessin animé de Disney (1942), perd sa maman devant les yeux baignés de larmes des enfants, la vie des cervidés nous semble soudain devoir mériter protection.

Pourtant, dans son convaincant Manifeste pour une écologie de la différence, le philosophe Hicham-Stéphane Afeissa met en doute la valeur du modèle dominant de notre rapport éthique à la vie animale, que ces deux exemples illustrent chacun à sa manière : celui de la pitié face à la vulnérabilité d’êtres semblables à nous.

« Manifeste pour une écologie de la différence », d’Hicham-Stéphane Afeissa, Dehors, 144 p., 15 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article