Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Malade, l’historien américain Timothy Snyder s’est retrouvé fin 2019 dans un lit d’hôpital, en Europe puis aux Etats-Unis. Un journal de cette expérience paraît, cinglant. Par Nicolas Weill 🔸

La maladie, pensait Nietzsche, représente un point de vue sur la santé. Or la santé, comme l’a expérimenté l’historien américain Timothy Snyder, spécialiste des massacres de masse en Europe au XXe siècle, s’est transformée en condition sine qua non de la liberté des modernes. A la suite d’une septicémie tardivement diagnostiquée, l’auteur de Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline (Gallimard, 2012) s’est retrouvé, fin 2019, cloué sur des lits d’hôpitaux en Europe d’abord, puis chez lui, à New Haven (Connecticut).

Dans cette position inconfortable mais propice à la comparaison (plutôt avantageuse pour ce côté-ci de l’Atlantique), il a tenu un journal, tout en éprouvant dans sa chair les dysfonctionnements du système de soin américain à la veille de la pandémie de Covid-19, lesquels allaient précipiter des dizaines de milliers de ses compatriotes dans une mort qui aurait souvent pu être évitée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article