Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Gilles Cléroux, Bibliothécaire à la bibliothèque des Lettres, université de Rouen Normandie Vice-président des Amis de Flaubert et de Maupassant 🔸

En 1951, les éditions de l’Illustration publient le premier volume d’une série de quatre ouvrages grand format intitulée Demeures inspirées et sites romanesques. Il s’agit en fait d’un regroupement thématique d’articles parus dans la revue du même nom au cours des années précédentes. Ainsi, dans ce premier volume, se trouve une étude de Paul-Émile Cadilhac consacrée à Gustave Flaubert, avec une première partie sur Croisset (pour la demeure inspirée) et une deuxième partie sur le village de Ry (pour le site romanesque). Ce texte, très bien écrit, illustré de nombreuses photographies, est la reprise exacte d’un article paru dans la revue en 1930. C’est l’introduction générale de l’ouvrage, signée également de Cadilhac, qui fournira le point de départ de cette étude : On lit dans la Correspondance de Flaubert, à la date du 24 avril 1852, à propos du Graziella de Lamartine : « Pas un nuage impur ne vient obscurcir ce lac bleuâtre ! Ô hypocrite ! S’il avait raconté l’histoire vraie, que c’eût été plus beau ! »1 Remarquez la date de cette lettre, elle est significative : Flaubert vient d’entamer la rédaction de Madame Bovary (il s’apprête à attaquer l’épisode du bal). Dans cette lettre, une des plus longues qu’il ait envoyée à Louise Colet, il précise sa pensée : « Il y aurait eu moyen de faire un beau livre avec cette histoire, en nous montrant ce qui s’est sans doute passé… »2 Après avoir mis l’entreprise éditoriale sous la protection de Flaubert, le préfacier livre cette réflexion qui nous amène au cœur de notre problématique : L’histoire vraie… Qui de nous, au-delà d’une œuvre célèbre, n’a rêvé de la découvrir ? Comment la fable est-elle née ? Qui l’a inspirée ? Quels en sont les personnages et les décors réels ? Que de fois ces questions ont été posées aux auteurs, qui refusent en général – le plus souvent par prudence – d’y répondre… Personne ne veut avoir écrit de volume à clef.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article