Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Alix de Saint-André nous emmène au 57, rue de Babylone, Paris 7e : c’est à cette adresse que se trouvait le Home Pasteur, une pension de famille dont elle retrace l’histoire dans un livre passionnant, à la fois mélancolique et drôle, impertinent et tendre, bourré d’autodérision…

« Paris n’est plus ce qu’il était, c’est vrai et heureusement ! », écrit Éric Hazan dans Le tumulte de Paris (La fabrique éditions). Un petit livre absolument délicieux, truffé d’anecdotes et plein de propositions pour la capitale, très loin de la déploration habituelle et qui défend cette ville dont on dit tant de mal aujourd’hui.

À l’occasion des 150 ans de la Commune de Paris, Michèle Audin publie deux livres passionnants : La semaine sanglante. Mai 1871. Légendes et comptes (Éditions Libertalia) et Josée Meunier, 19 rue des Juifs (Gallimard), roman qui retrace la vie d’une femme qui cacha un communard après la répression, jusqu’à la loi d’amnistie de 1880.

C’est un livre fascinant que publie Lydia Flem : Paris fantasme (Éditions du Seuil). L’histoire d’une petite rue de Paris, la rue Férou. Elle se situe entre le jardin du Luxembourg et l’église Saint-Sulpice. Dans cette rue ont vécu Athos, l’un des trois mousquetaires, mais aussi Man Ray, Colette, Madame de La Fayette, Chateaubriand…

Mahmud Nasimi est un jeune Afghan qui a fui son pays en 2013. Un Afghan à Paris (Les éditions du Palais) raconte son itinéraire mais surtout comment, en découvrant par hasard leur tombe au cimetière du Père Lachaise, Balzac, Hugo, Baudelaire et les autres lui ont appris notre langue et l’amour des livres.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article