Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

 

Paul Robeson (1898-1976) était un chanteur, acteur, athlète et militant noir persécuté par le FBI. Sa vie, racontée par son biographe Gerald Horne, montre pourtant combien les assignations et replis identitaires d’aujourd’hui constituent une régression par rapport aux mouvements émancipateurs du XXe siècle. Par Sonia Combe (En attendant Nadeau) 🔸

Précurseur du mouvement antiségrégationniste aux États-Unis, l’interprète de The ol man river et comédien dont Othello fut le rôle fétiche professait quil ny avait quune seule race : lhumanité. Fidèle à son engagement en faveur dun internationalisme radical, embrassant toutes les justes causes, Paul Robeson connut une carrière exceptionnelle qui se déploya de lInde à lAfrique et que le FBI sacharna et parvint à détruire.

Ainsi que la raconte l’historien américain Gerald Horne (à qui l’on doit également une biographie de W.E.B. Du Bois), la vie de Paul Robeson (1898-1976) est belle et triste à en pleurer.

Né en 1898 dans le New Jersey, celui quon rangeait aux côtés de Caruso et de Chaliapine et qui fut lune des pires victimes de la guerre froide menée par les États-Unis, mourut en reclus à Philadelphie en 1976.

Gerald Horne, Paul Robeson

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Joëlle Marelli.

Éditions Otium, coll. « L’autre Amérique », 332 pages, 25 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article