Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

La philosophe Stéphanie Roza examine dans son dernier livre les attaques dont l’héritage des Lumières est l’objet de la part d’une partie la gauche, en particulier s’agissant de l’universalisme. Par Philippe Foussier 🔸

Les critiques de gauche à l’égard des Lumières, Stéphanie Roza les juge d’une « radicalité inouïe » et visant « le cœur même de l’héritage », c’est-à-dire mettant en cause avec une égale vigueur les trois piliers de ce legs du XVIIIe siècle : le rationalisme, le progressisme et l’universalisme. Elle s’efforce d’en identifier les sources tout en reliant celles-ci à leurs expressions contemporaines.

La partie du livre la plus développée concerne l’universalisme. Stéphanie Roza y décrit comment l’antiracisme et le féminisme « universalistes » sont attaqués par des groupes qui tiennent le haut du pavé, suscitant pétitions, appels et pamphlets, saturant l’espace éditorial, les universalistes étant « supposés complices et véhicules du patriarcat et/ou de l’oppression coloniale et néocoloniale ». Ces attaques proviennent en général de l’ultra-gauche et des franges les plus contestataires du spectre politique de gauche, mais elles disposent de relais nombreux dans les milieux universitaires, intellectuels et médiatiques.

 

La Gauche contre les Lumières ?, Stéphanie Roza, Fayard, 2020, 208 p., 18 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article