Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Qui est ce professeur marseillais au sujet duquel la France s’est déchirée en pleine pandémie ? Dans leur livre, à paraître jeudi 3 juin chez Gallimard, les deux journalistes dévoilent son passé, les ressorts de son ambition et les coulisses de sa défense acharnée de la chloroquine dans la lutte contre le Covid-19.

 

Bonnes feuilles. « Je vais vous raconter une chose que je n’ai confiée à personne », lance Didier Raoult. Nous sommes assises face au célèbre professeur dans le bureau qui lui sert de QG à Marseille. En ce début de printemps 2021, nous venons de lui demander s’il a déjà fait mesurer son intelligence dont il semble faire si grand cas. C’est là qu’il livre son secret : « Un jour, alors que j’avais 14 ans, un pédopsychiatre a dit à mon père : “Ecoutez, votre gosse a 180 de QI. Laissez-le faire. Tout ira bien.” »

Un quotient intellectuel de 180 ! Le QI standard tourne, paraît-il, autour de 100 et, pour appartenir aux « génies », il faut dépasser la barre des 140. Ni Einstein (160), Copernic (130) ou Mozart (150) n’ont jamais atteint ce score. Quel message envoie le scientifique marseillais alors qu’au dernier étage de son hôpital nous cherchons à comprendre les ressorts de sa personnalité ?

 

« Raoult. Une folie française », d’Ariane Chemin et Marie-France Etchegoin (Gallimard, 256 pages, 18 euros).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article