Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Lassé du monde qui vous entoure ? Barbé par l’ailleurs spatial dont on vous a tant parlé lors des dernières explorations martiennes ? Peut-être est-il temps d’aller faire un tour dans l’univers qui s’étend sous vos pieds. Grottes, catacombes, villes et rivières souterraines, puits de mines, dépôts de déchets nucléaires, moulins glaciaires… attendent votre visite – à condition que vous soyez déterminé, ingambe, amoureux des ténèbres et des bruits du silence. Vous hésitez ? Les difficultés de ces expéditions vous rebutent ? Laissez Robert Macfarlane les faire pour vous, et vous les raconter dans son extraordinaire Underland. Par Claude Grimal

Robert Macfarlane, né en 1976, a en effet décidé de plonger dans les sous-sols du monde et, suivant une de ses habitudes, d’associer le récit d’aventures, les considérations scientifiques et l’essai culturel. L’auteur, un des plus célèbres « écrivains de la nature » du Royaume-Uni, nous avait jusqu’ici habitués à des explorations de plein air, sur les sommets (L’esprit de la montagne, Plon, 2004) ou dans des endroits reculés (The Wild Places, non traduit). Ces ouvrages, et d’autres, lui ont valu dans son pays un grand succès et, de la part de Kathleen Jamie, autre écrivain de la nature très connue, écossaise et fils de prolétaires, quelques moqueries pour leur solipsisme romantique « cambridgien » (Macfarlane a fait ses études à Cambridge et y enseigne la littérature).

Sans doute Jamie a-t-elle en partie raison, mais nous pouvons, quant à nous, ô joies de la littérature, ne pas choisir entre l’un et l’autre de ces excellents prosateurs, et être séduits par tous deux car, au delà de leurs divergences idéologiques, ils possèdent, mais Jamie ne serait sans doute pas d’accord, un attachement assez semblable aux rapports que l’homme peut entretenir avec le monde non humain, et une même séduisante morbidité rêveuse.

Descendons donc sous terre avec Macfarlane, après avoir lu la petite fiche explicative qu’il fournit aimablement en introduction à son lecteur-voyageur débutant. « D’une culture et d’une époque à l’autre, ce sont toujours les mêmes trois tâches [qu’accomplit l’homme avec le sous-sol] : protéger ce qui est précieux, produire des choses de valeur, reléguer ce qui est nuisible… Depuis toujours, l’homme confine dans le sous-sol ce qu’il craint et souhaite écarter, mais aussi ce qu’il aime et souhaite sauver. »


Robert Macfarlane, Underland. Trad. de l’anglais par Patrick Hersant. Les Arènes, 511 p., 24,90 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article