Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

"Sémi", deuxième opus du nouveau cycle romanesque de la romancière québécoise d'origine japonaise Aki Shimazaki évoque avec un regard décalé la maladie d'Alzheimer, comme un agent révélateur de la vérité, et de l’amour. Par Laurence Houot, France Télévision 🔸

Sémi, publié chez Actes Sud le 5 mai 2021, est le deuxième volet du nouveau cycle romanesque entamé en 2020 avec Suzuran, par l'écrivaine québécoise d'origine japonaise Aki Shimazaki. Ce nouvel opus aborde avec une grande délicatesse et sous un jour inédit la maladie d'Alzheimer, ici présentée comme une nouvelle chance pour un couple en fin de vie.  

L'histoire : le premier volet de ce nouveau cycle était consacré à Anzou, une jeune femme qui épouse le mari de sa sœur Kyôko, décédée après avoir accouché d'une petite fille. On fait la connaissance dans Sémi de Tatsuo et Fujiko, les vieux parents d'Anzu, Ils vivent dans une résidence pour personnes âgées depuis qu'Anzu et sa famille ont racheté leur maison pour s'y installer. Leur fille, et aussi leur fils cadet, Nobuki, leur rendent visite régulièrement. "C'est bien ainsi, après tout. Nous ne sommes une charge pour personne", remarque Tatsuo.

Fujiko montre depuis quelques temps les signes de la maladie d'Alzheimer. Elle ne reconnaît plus ses proches et finit par demander à ce qu'un paravent sépare son lit de celui de son mari, qu'elle prend pour son fiancé. Même si Tatsuo est agacé par les égarements de sa femme, il accepte de suivre les conseils des infirmières, qui lui recommandent de ne pas contrarier sa "fiancée"… Ce gigantesque saut dans le temps va provoquer des révélations inattendues et donner une nouvelle chance, étonnamment, à leur couple.

Sémi

Aki Shimazaki

Editeur : Actes Sud

Date de parution : 05/05/2021

Nombre de pages : 160

15,00 €

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article