Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Voici donc le dernier étage des Œuvres complètes de Shakespeare dans la Pléiade, presque vingt ans après l’inauguration de la série, en 2002. Double gageure cette fois, car avec Gisèle Venet Jean-Michel Déprats avait choisi de privilégier les textes originaux des histoires, tragédies et comédies qui étaient passés par le théâtre, les traductions, à vocation scénique elles aussi, insistant sur la mise en voix et la gestuelle. Le métier de traducteur change-t-il quand il faut passer de la projection orale d’un texte dramatique à la lecture intime d’un poème ? C’est toute la question. Par Dominique Goy-Blanquet 🔸

Le présent volume offre dans l’ordre de parution l’ensemble de l’œuvre poétique de Shakespeare : deux longs poèmes narratifs, Vénus et Adonis et Le Viol de Lucrèce ; Le Pélerin passionné, une anthologie qui lui a été attribuée en 1599 alors que cinq seulement des vingt poèmes sont de sa plume ; Phénix et Colombe, une allégorie sur le thème de l’amour idéal ; enfin, la pièce maîtresse, la plus sinon la mieux connue, publiée avec ou sans son consentement sous le titre Shakespeare’s Sonnets, dans un recueil où figurait également sa Complainte d’une amoureuse. Vient ensuite une anthologie de traductions françaises des Sonnets allant de 1821 à 2018. Encadrant ces œuvres, une introduction générale d’Anne-Marie Miller-Blaise, un avertissement de Gisèle Venet sur les principes d’édition adoptés, une notice de Jean-Michel Déprats, « Traduire les Sonnets », une autre de Line Cottegnies sur les traductions françaises.


William Shakespeare, Sonnets et autres poèmes. Œuvres complètes, VIII. Trad. de l’anglais par Jean-Michel Déprats. Édition dirigée par Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1 120 p., 59 € jusqu’au 29 septembre 2021

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article