Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

De la nouvelle en version nomade, au roman transformé en BD, en passant par le twitt pour non-lecteurs, l’époque plébiscite la version courte, pour ne pas dire ultra-condensée. Si la poésie nous montre que le format court peut être sublime, comme dans les haïkus japonais, que faut-il penser de ces rapides résumés ? De simples exercices de style qui dénaturent la littérature ? Des outils ludiques pour inciter les récalcitrants à les découvrir ? L'apologie du court va-t-elle devenir le nouveau diktat d'une littérature à la diète ? Par Olivia Phélip

Small is beautiful est depuis longtemps un principe esthétique. En littérature en revanche, bien souvent le récit trop court est souvent qualifié de paresseux. Sauf en Asie où la poésie des Haïkus montre combien quelques mots essentiels peuvent valoir leur pesant d'éternité. Dans son prolongement, est né le Sanwen, une forme de récit court. Les lecteurs occidentaux commencent à apprécier un temps de lecture réduit, surtout sur tablette. De nouveaux usages donnent naissance à de nouvelles formes d'écriture. Va-t-on voir déferler une mode de récits courts?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article