Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Par Serge Per­raud 🔸 Ins­piré de faits réels, ce roman raconte, à tra­vers le par­cours d’un nar­ra­teur qui reste tota­le­ment ano­nyme, la guerre civile oppo­sant des isla­mistes au gou­ver­ne­ment pen­dant la décen­nie noire.
Il raconte com­ment l’islam s’est ins­tallé, com­ment pro­gres­si­ve­ment il s’est imposé auprès du peuple, auprès de ceux qui étaient sans moyens pour se défendre.

Un homme débous­solé monte dans le tram­way qui est devant lui. Il s’installe contre la vitre et regarde d’un œil cri­tique le monde autour de lui. Aux arrêts, des gens montent, des­cendent, des per­sonnes s’assoient près de lui. Ces ano­nymes font remon­ter des sou­ve­nirs, don­ner un avis, une opi­nion sur leur per­son­na­lité ou plus géné­ra­le­ment sur la société. Des enfants en âge sco­laire, des lycéens lui rap­pellent cette période où lui-même étu­diait. Il revit son enfance et les dif­fi­cul­tés avec son père qui a répu­dié sa mère, une femme libre de ses opi­nions et de son corps. Il a grandi sans amour car il est né par hasard.
Et, c’est l’arrivée de Ned­jma, une cou­sine de son père, une jeune femme venue pour assu­rer les soins du ménage.

 

Ahmed Tiab, Vingt sta­tions, Édi­tions de l’aube coll. “Regards croi­sés – Fic­tion”, avril 2021, 208 p. – 19,90 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article