Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Longtemps les artistes femmes ont été "invisibilisées", mais aujourd'hui elles ont trouvé leur place sur les cimaises et sont à l'honneur simultanément de trois expositions à Paris.

De "Femmes peintres, naissance d'un combat, 1780/1830" au musée du Luxembourg, à "Elles font l'abstraction" sur les peintres femmes au XXe siècle au Centre Pompidou, et enfin "Natures mortes", carte blanche à la plasticienne allemande Anne Imhof au Palais de Tokyo. "La conjonction des trois expositions sur trois générations d'artistes femmes est un signe des temps: preuve qu'une génération d'institutions, de commissaires, d'historiens d'art et de visiteurs reconnaissent qu'un pan de l'histoire de l'art a été oublié et qu'il est nécessaire de la ré-écrire", analyse pour l'AFP l'historienne de l'art Camille Morineau, créatrice du site AWARE de promotion des artistes femmes. Au mur de l'exposition "Femmes peintres, naissance d'un combat, 1780/1830", on peut lire cette lamentation de l'abbé de Fontenay, intellectuel en vue au XVIIIe siècle: "Cette nouvelle manie de se faire femme peintre!". L'exposition fait ressortir de l'oubli ces artistes qui ont été exposées aux salons, ont formé des élèves et suivi des cours de grands maîtres.  

Femmes peintres, Musée du Luxembourg, jusqu'au 4 juillet --Elles font l'abstraction - Beaubourg, jusqu'au 23 août --Natures mortes, Anne Imhof, Palais de Tokyo, jusqu'au 24 octobre

Peintres femmes - 1780-1830 - Naissance d'un combat - Catalogue d’exposition 40 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article