Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Quelques mois après un puissant premier roman, Le démon de la colline au loup, Dimitri Rouchon-Borie, chroniqueur judiciaire au Télégramme, nous revient avec Ritournelle. À partir d’un fait divers, il fait le récit saisissant d’une virée dans l’horreur en compagnie de trois types ordinaires, laissant le lecteur bouche bée face à ce déferlement de violence gratuite. Par Julien Mucchielli  🔸

Les cours d’assises sont des lieux de souffrance. On y cherche une vérité que l’on nomme « vérité judiciaire » pour ne pas offenser les philosophes, et qui prend forme au fil des débats : une vérité constituée de faisceaux d’indices, où s’entremêlent les faits et les discours, les silences et les mensonges. Au président de mener les débats, aux victimes de se débattre avec leurs larmes et leur peine, aux journalistes de se dépêtrer pour former un récit.

« Il y a ceux pour qui le texte officiel est un récit. Ceux pour qui il est un supplice. Et ceux pour qui il n’est qu’un outil », dit Dimitri Rouchon-Borie en incipit de son deuxième roman. Le journaliste a franchi la ligne de l’imaginaire pour combler le vide du récit judiciaire, et reconstituer un récit avec les fragments lancés dans le prétoire par les accusés, bouts de vérité subjective, reconstitution à partir de souvenirs fumeux, souvent brouillés par les circonstances des faits. « J’en fais le prétexte à des rêveries. Empathie saugrenue avec le réel, avec un passé dont j’ignore tout. Je m’empare des mots de la magistrate. j’imagine, je recompose, pour moi-même, le tableau des origines. Celui qui nous a tous conduits là, aujourd’hui. »

Et la chronique judiciaire entre dans la littérature. Après Le démon de la colline aux loups, rédigé dans une langue brûlante, où le protagoniste, enfant maltraité, décrit les pulsions meurtrières sous les traits d’un démon qui le dévore de l’intérieur, Dimitri Rouchon-Borie a repris un texte précédemment publié aux éditions La manufacture de livres sous la forme d’une chronique judiciaire, pour « l’enrichir d’éléments le faisant entrer dans la fiction, recherchant alors un peu plus encore une vérité inaccessible à un simple compte-rendu ». 

Dimitri Rouchon-Borie, Ritournelle. Le Tripode, 160 p., 13 €
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article