Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Ueda Akinari (上田秋成?) ou Ueda Shūsei ( à Ōsaka -  à Kyōto) est peut-être la plus grande figure littéraire du xviiie siècle au Japon.

 

Ueda Akinari eut une vie romanesque. Il naît le  à Ōsaka dans le quartier des plaisirs de Sonezaki. Sa mère est une courtisane et son père est inconnu. Alors qu’il n’a que 4 ans, sa mère l’abandonne. Il est recueilli par un riche marchand de papier et d’huile nommé Ueda. Ce dernier, n’ayant qu’une fille, en fait son héritier et lui donne l’éducation soignée d’un fils de riches commerçants. En 1738, l’enfant contracte la variole, il survit mais la maladie laisse des traces : plusieurs doigts paralysés, au point que l’on craignit qu’il ne pût jamais tenir le pinceau du lettré. Cette guérison miraculeuse, qu’il attribuera au dieu Inari : le dieu-renard, développe sa spiritualité qui se manifeste dans le côté fantastique de ses œuvres.

En 1761, à la mort de son père adoptif, il reprend son commerce, mais ne se révèle pas être un excellent homme d’affaires. Il perd son échoppe dans un incendie 10 ans après. En parallèle, il publie plusieurs histoires humoristiques se réclamant du genre littéraire ukiyo-zōshi (浮世草子?) qui désigne littéralement « les romans du monde flottant ». Considérant cet incendie comme une occasion pour lui de quitter le monde des affaires, Akinari commence des études de médecine sous l’enseignement de Tsuga Teishō.

En 1770, un événement capital vient transformer les conceptions littéraires d’Akinari : le philologue Katô Umaki vient s’installer à Ōsaka. Il se met à son école et réécrit de fond en comble ses récits. Ueda Akinari consacre huit ans de sa vie à l’Ugetsu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article