Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Trois volumes de correspondance de l’auteur de « De la démocratie en Amérique » concluent l’édition de ses « Œuvres complètes ». La trajectoire singulière d’un grand penseur de la société et de la politique modernes s’y reflète dans une langue superbe. Par  🔸

Mille huit cents pages, trois volumes, des centaines et des centaines de lettres, la plupart inédites, d’un penseur de première grandeur, voilà qui mérite de s’y arrêter. La correspondance d’Alexis de Tocqueville (1805-1859) est une mine, un monde à facettes, un univers tantôt intime et amical, tantôt mondain et politique, toujours souverainement intelligent, sensible, superbement écrit. Après d’autres recueils, réunissant notamment ses lettres à des personnalités anglaises, des membres de sa famille, au diplomate Arthur de Gobineau ou à l’historien Jean-Jacques Ampère, ces trois tomes de Correspondance à divers viennent clore l’édition monumentale, en 18 tomes et 31 volumes, des Œuvres complètes de Tocqueville. Ce pays épistolaire, privé et public, vaut d’être exploré et savouré, sous bien des angles, selon les centres d’intérêt de chacun.

 

« Correspondance à divers. Œuvres complètes, tome XVII », d’Alexis de Tocqueville, édité sous la direction de Françoise Mélonio, Gallimard, trois volumes, 404 p., 39 €, numérique 28 € ; 764 p., 44 €, numérique 31 €, et 638 p., 42 €, numérique 30 €.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article