Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages


Alors que les éditions Bouquins vient, en mai, de republier Jules Verne, se repose une question récurrente : comment éditer la masse impressionnante, bouillonnante, tumultueuse des soixante-huit récits qui composent les Voyages Extraordinaires ? Comment prétendre contenir et publier dans un même espace autant de matières brassées par l’en-avant vernien ? Question qui en entraine une autre, plus simple mais encore plus vitale :  comment lire Verne, et quelle place a-t-il dans notre littérature aujourd’hui ?

Michel Butor, dans ses cours à l’Université de Genève, le disait aussi bien de Balzac que de Verne : pour les lire, il faut avoir tout lu. On n’a pas lu Verne ni Balzac quand on n’a pas lu l’ensemble de la Comédie Humaine et des Voyages Extraordinaires. On pourrait froncer les sourcils à pareille affirmation, avancer que lire c’est choisir, et qu’il est difficile de tout lire Verne ou Balzac. Mais le propos de Butor ne tient pas à la préhension enorgueillie d’une totalité creuse, il nous aide et nous guide par le présupposé qui se tient derrière et qui est en fait le suivant : on lit mieux Verne ou Balzac au fur et à mesure qu’on continue de les lire et les découvrir. Il ne faut pas avoir tout lu pour comprendre Verne ou Balzac, parce que la vie riche d’un lecteur doit se faire aussi d’autres nourritures, mais on connait mieux une œuvre quand on comprend qu’elle nous est toujours ouverte, qu’elle nous appelle toujours, et qu’elle continuera de nous nourrir tant qu’on la découvrira.

 

Voyages dans les mondes connus et inconnus t.1 : l'Afrique

Jules Verne

Editeur : Bouquins

Date de parution : 20/05/2021

Nombre de pages : 1152

32,00 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article