Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Le phénomène, consistant en de hautes pressions qui emprisonnent l’air chaud dans l’ouest du Canada et des Etats-Unis, est probablement favorisé par le réchauffement climatique. Par Audrey Garric 🔸

 

Près de 500 morts soudaines au Canada et au moins 20 aux Etats-Unis, des hospitali­sations en hausse et une multiplication des feux de forêts : l’ouest du Canada et des Etats-Unis suffoque sous l’effet de températures insoutenables. Cette vague de chaleur sans précédent est due à un phénomène climatique connu, appelé dôme de chaleur, qui a pris cette année une ampleur exceptionnelle. Des événements appelés à se multiplier avec le changement climatique.

 
  • Qu’est-ce qu’un dôme de chaleur ?

Ce phénomène est lié à un anticyclone de blocage, vaste et très puissant, qui persiste à un même endroit, provoquant la stagnation des masses d’air. Cette zone de haute pression favorise également la subsidence, c’est-à-dire la descente de l’air, qui, sous l’effet de la compression, réchauffe l’atmosphère. Le phénomène est amplifié par la sécheresse, importante dans le nord-ouest du continent américain, et un fort ensoleillement. A mesure que la chaleur piégée continue de se réchauffer, le système agit comme un couvercle sur une casserole, ce qui lui vaut le nom de dôme de chaleur. « C’est une image, mais pas un terme répertorié dans le jargon météorologique », précise le climatologue Robert Vautard, directeur de l’Institut Pierre-Simon-Laplace.

Cette zone empêche la circulation des masses d’air de se produire d’ouest en est, et dévie vers le nord le jet-stream, ces vents forts situés en altitude et qui tournent autour de la Terre. En contournant le dôme, les masses d’air plus fraîches forment une circulation en omega, de la forme de la lettre grecque.

Un ambulancier de Salem (Oregon) tente de rester au frais après avoir répondu à un appel d’urgence pendant une vague de chaleur, le 26 juin 2021. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article