Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

A l’occasion du festival Quais du polar (Lyon, du 2 au 4 juillet), enquête sur la place dans la littérature de l’usage abusif de la force par la police. Et une sélection de parutions polars, noirs et thrillers. Par Macha Séry 🔸

Etudes statistiques, sondages détaillés, analyses plurimédiatiques, tribunes de presse… Un passionnant chantier de réflexion lié à la question du réalisme en art, aux angles morts de la fiction et à ses apories, s’est ouvert aux Etats-Unis avec l’essor du mouvement Black Lives Matter. Les polars en vogue reflétaient-ils vraiment une pluralité de perspectives et d’expériences vécues ? Producteurs, diffuseurs, éditeurs n’avaient-ils pas sous-représenté les difficiles relations des policiers aux pauvres, aux immigrants, aux minorités ? L’écrit et l’écran (notamment les « cops », ces émissions coproduites par la police) avaient-ils accoutumé lecteurs et spectateurs à jeter un œil indifférent sur l’usage abusif de la force et les infractions à la loi commises par le premier maillon de la chaîne pénale ?

Affichettes sur un mur de Portland (Oregon), en juillet 2020, au plus fort des manifestations de Black Lives Matter. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article